Détente des zygomatiquesPassion vieux

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Jonas Jonasson

L'histoire

Fêter ses 100 ans à la maison de retraite, ce n’est pas hyper réjouissant. Allan préfère s’éclipser par la fenêtre pour échapper à ces mondanités qui ne le réjouissent guère. De fil en aiguille, ce papi encore en forme se retrouve dans des aventures complètement loufoques, et on découvre par la même occasion que son passé n’a pas été de tout repos non plus. C’est qu’en 100 ans, on a le temps d’en vivre, des choses…

Pourquoi j'ai ouvert ce livre ?

Parce que c’est l’histoire d’un vieux !

Ce que j'en ai pensé

Drôle, prenant, attachant, tout ce que j’aime dans un bon roman !

Pour en savoir plus...

Les premiers mots

On se dit qu’il aurait pu se décider avant et qu’il aurait dû au moins avoir le courage de prévenir son entourage de sa décision. Mais Allan Karlsson n’avait jamais été du genre à réfléchir longtemps avant d’agir.
L’idée avait donc à peine eu le temps de germer dans l’esprit du vieil homme qu’il avait déjà ouvert la fenêtre de sa chambre située au premier étage de la maison de retraite de Malmköping dans le Södermanlandj et qu’il s’était retrouvé debout sur la plate-bande dans le jardin.
L’acrobatie l’avait un peu secoué, ce qui n’avait rien de très étonnant, vu que ce jour-là Allan allait avoir cent ans. La réception organisée pour son centenaire, dans le réfectoire de l’établissement, commençait dans une heure à peine. L’adjoint au maire lui-même était invité. Et le journal local avait prévu de couvrir l’événement. Tous les vieux étaient évidemment sur leur trente et un, ainsi que le personnel au complet avec Alice la Colère en tête de peloton.
Seul le roi de la fête allait manquer à l’appel.

Le résumé de l'éditeur

Franchement, qui a envie de fêter son centième anniversaire dans une maison de retraite en compagnie de vieux séniles, de l’adjoint au maire et de la presse locale ? Allan Karlsson, chaussé de ses plus belles charentaises, a donc décidé de prendre la tangente. Et, une chose en entraînant une autre, notre fringant centenaire se retrouve à trimballer une valise contenant 50 millions de couronnes dérobée – presque par inadvertance – à un membre de gang. S’engage une cavale arthritique qui le conduira à un vieux kleptomane, un vendeur de saucisses surdiplômé et une éléphante prénommée Sonja…

« [Un] festival d’inventions. Un vrai feu d’artifices. »
Libération

« Polar, road movie, mais surtout un chef-d’œuvre d’humour noir, plus décalé et déjanté que tout ce qu’on a lu avant. On ne [le] lâche pas une fois ouvert. »
Fluide glacial

Article précédent Article suivant

Aucun commentaire

Laisser un commentaire